http://www.searchforthetruth.net

EVIDENCE DE SENS COMMUN:

L'humanisme, conséquence de l'évolution

Réf bibliogr. 62

Regardez l'évidence

Richard & Tina Kleiss

16 AVRIL

Il y a une guerre des valeurs faisant rage en Amérique aujourd'hui. La plupart d'entre nous se rend compte des escarmouches extérieures (telles que l'avortement, la violence croissante, ou l'euthanasie), mais peu se rendent compte que la base de cette guerre soit la question des relations de l’homme  avec Dieu. L'une ou l'autre valeur de vie est basée sur l'existence personnelle de Dieu (les valeurs absolues de signification existent), ou l'homme met son standard. Il n'y a aucune autre possibilité.

La conséquence de 150 ans d'endoctrinement avec des principes évolutionnaires est l'acceptation que l'homme fait partie des forces normales qui nous ont formés. Le résultat inévitable de cette ligne de raisonnement est le déplacement d'une base objective pour déterminer la valeur de n'importe quoi. Ainsi, l'humanité assigne arbitrairement la valeur aux choses (personnes y compris), ou toute la vie devient de valeur égale. Dans le cas de celui-ci, les atrocités telles que le sacrifice humain, le génocide, ou l'acceptation passive de l'avortement se produisent. Dans le cas de ce dernier les absurdités se produisent comme des groupes de droits des animaux mettant sur le même pied le meurtre et la mutilation des humains avec l'abattage des poulets. Les deux réponses sont des résultats inévitables de la philosophie évolutionnaire humaniste.

Le christianisme est enraciné dans le fait que le Dieu personnel existe et que les gens ont été faits par Dieu à son image. Ainsi, la vie humaine est en soi valable. Il y a quelque chose de spécial au sujet de tous les humains. Personne n'a le droit d'enlever cette valeur par le meurtre, l’avortement, ou l’euthanasie.

  • Toutes les paroles de ma bouche sont justes, Elles n'ont rien de faux ni de détourné;
  • Toutes sont claires pour celui qui est intelligent, Et droites pour ceux qui ont trouvé la science.

Proverbe 8 v 8,9