http://www.searchforthetruth.net

EVIDENCE EN ANATOMIE:

Le système reproducteur

Réf bibliogr. 36

Regardez l'évidence

Richard & Tina Kleiss

6 JUILLET

N’importe quel système reproducteur doit être entièrement fonctionnel pour que l'organisme puisse se reproduise lui-même. Un regard plus attentif sur un petit aspect du système reproducteur mâle indique la complexité incroyable qui ne pourrait jamais s'être développée par les changements mutationnels d'un système plus simple.


Les cellules de sperme humaines, par exemple, sont d’environ 1/600 de pouce de longueur avec trois parties de base : la tête (qui contient l'information génétique du père), le corps (qui assure l'énergie pour le mouvement), et la queue (qui le propulse). Le sperme humain peut seulement survivre dans la température ambiante étroite de 95°F (à plus ou moins 2°F.). Pourtant la température corporelle humaine moyenne est 98°6 F. Pour cette raison, un muscle dans les parois du scrotum du mâle ajuste l'emplacement du testicule, plus prêt ou plus loin du corps, afin de maintenir exactement la bonne température.

Environ 200 millions de spermes sont faits toutes les 24 heures dans les 750 pieds de tubulures tordues minuscules. À l'intérieur de ces enroulements sont les cellules spéciales appelées les cellules de sertoli, qui ont un réseau de transmission élaboré permettant à chaque cellule de se protéger et de prendre soin d'environ 150 spermes. D'autres petites cellules sécrètent la testostérone (une hormone masculine), qui doit être exactement équilibrée avec de l'oestrogène (une hormone femelle) afin de développer des caractéristiques sexuelles spécifiques. La production de ces hormones est commandée par la glande pituitaire dans le cerveau. Chaque partie de ce système complexe (plus beaucoup, beaucoup plus) est exigée pour que le processus reproducteur réussisse. Ceci indique clairement un concepteur puissant.

  • Mon corps n'était point caché devant toi, Lorsque j'ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre.
  • Quand je n'étais qu'une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m'étaient destinés, Avant qu'aucun d'eux existât.
Psaume 139 v 15,16